Menu

banner2

Fiscalité des jeux d'argent en ligne

Depuis son ouverture en 2010, le marché des jeux d'argent en ligne est, bien entendu, soumis à une loi d'imposition qui fit débat pendant une longue période avant son application. Résultat : une imposition différente en fonction des personnes : les opérateurs et les joueurs.

Sous le contrôle de l'ARJEL, nouvelle institution chargée de réguler le jeu en ligne, un droit fixe annuel sera perçu à partir de la licence de jeux des opérateurs. Cependant, une fiscalité allégée a été mise en place par rapport aux possesseurs de casinos physiques. En effet, la concurrence étant plus rude sur internet, du fait même de l'inexistence de l'exclusivité géographique d'une salle de jeux physique, le gouvernement a dû longuement réfléchir à trouver la bonne façon d'encadrer cette nouvelle pratique pour les opérateurs. D'autant que ce nouveau domaine représentait de l'or pour aider au budget déficitaire de la France.

Du côté des joueurs, une taxe est prélevée en fonction de la somme en jeu. Ce prélèvement est conforme au préconisations de 2008, comme quoi il est tout de même possible de se mettre d'accord au milieu de débats houleux.

5,7% pour les paris sportifs et 1,8% pour le poker. De plus, selon les sommes gagnées au cours du jeu, l'administration des impôts décident si ces revenus sont du domaine du patrimoine privé ou s'ils doivent être déclarés comme une activité professionnelle. Mais pas de panique, si vous êtes un joueur occasionnel, vous n'aurez pas à vous soucier de cela. De même, attention aux pertes trop importantes, le jeu d'argent est et doit rester avant tout un loisir, pas de quoi revendre les bijoux de sa grand-mère pour cela!


  Recherche
   



banner bank
TurboTax>